OLIV
–––

Aménagement urbain du centre-ville d’Olivet

MOA
Commune d’Olivet

AMO
SEMDO

MOE
MU / Archicop / Neveux Rouyer

SURFACES
40 000 m2 sdp / 16 400 m2 espace public

DATES
Phase AVP

SITUATION

 

L’ambition affichée par le projet est de transformer la ZAC du Clos du Bourg en un quartier vivant qui retisse de nouveaux liens dans le cœur historique depuis les commerces de la rue Marcel Belot jusqu’aux équipements publics de la mairie et du Parc du Poutyl.

Cette intervention est également l’occasion de repenser la définition des espaces publics en mettant en avant la place du piéton sans bannir la voiture, de minéraliser les espaces commerçants tout en intégrant le végétal comme un élément structurant.

Le dialogue entre les bâtiments conservés et les nouvelles constructions doit permettre de poser les principes d’une « greffe urbaine » qui donnera une identité propre au centre-ville d’Olivet.

Compte tenu de l’ampleur et de la nature d’un projet d’aménagement urbain tel que celui du Clos du Bourg, la dimension temporelle de sa réalisation doit être intégrée dès l’amont.

La démarche est de créer un projet pérenne mais évolutif qui permette des adaptations.

Dans une optique de développement durable, l’architecture et son implantation seront conçues de manière à pouvoir accepter cette évolution.

Le projet défend l’idée d’une architecture non pastiche avec des formes urbaines adaptées à un mode de vie, un climat, un lieu.

Les façades participent à rythmer la place tout en créant une architecture ayant une identité forte à même de marquer l’image du quartier en donnant un double visage à l’ensemble architectural du Clos du Bourg.

Les bâtiments implantés en périphérie de l’îlot marquent l’enceinte du Clos du Bourg en suivant le tracé des rues. Ils s’inscrivent dans la continuité des constructions du cœur de ville, mettant en avant des matériaux nobles tels que la pierre et reprenant une typologie avec attique et couverture en ardoise. Les bâtiments implantés à l’intérieur de l’îlot s’inscrivent dans la thématique des vergers. Reprenant l’orientation en lanières des parcelles, les bâtiments d’architecture contemporaine contrastent avec les constructions environnantes.

Les façades s’inscrivent dans la continuité du traitement paysager des espaces publics tandis que les toits-terrasses végétalisés améliorent le confort thermique et la gestion des eaux de pluie.